Conversation with my 15yo self

Cet article m’a été inspiré par Danaé du blog Beautiful Law qui a su partager avec nous un billet très touchant et honnête. Le concept est simple en l’apparence : écrire une lettre à soi-même ado. J’ai trouvé le principe assez intéressant dans la mesure où cela permet une vraie rétrospective ! Voici donc la lettre de la Cath de 25 ans à celle qui soufflait ses 15 bougies en 2004.

Dear me,

Tu as 15 ans, moi 25. En 25 ans, tu en as connu des histoires, tu as chéri des rêves, tu t’es heurté à des déceptions, tu as fait le tri dans tes amis, tu as créé de nouveaux liens, tu as grandi mais tu as gardé ton âme de petite fille à l’imagination débordante et qui passe son temps à rêver. Rêver. A 15 ans, tu en as des rêves en tête. Tu t’imagines comment sera ta vie future. Tu la dessines. Tu l’écris.

F.R.I.E.N.D.S

Tu es au lycée, tu entames la seconde, tes 2 meilleures amies du collège t’ont largué. Tu te sens seule mais tu essaies de te donner un genre : « la fille qui a besoin de personne, un peu mystérieuse » mais rapidement, tu verras, deux personnes redonneront un sens cette notion d’amitié. Deux amies. Deux sœurs. Ensembles, vous formerez un trio inséparable. Tellement différentes mais identiques en même temps. Prends-en soin ! Vous avez une passion commune : l’écriture. Tu vas même t’inventer une nouvelle vie, avec elles, à travers une histoire écrite à 3 mains pendant tes 3 années de lycée. Toi tu seras Joey, et elles Lou et Lena.

Lou, aka la jolie Lily du blog Makeup Madness (ouais, je balance !), sera ton âme sœur musicale avec qui tu auras un lien indestructible (voire incompréhensible), même si vous avez des périodes loooongues sans vous parler. Plus tard, par hasard, tu découvriras que vous avez une autre passion en commun : le maquillage. Et grâce à ça, vous ressouderez vos liens.

10 ans plus tard, ces deux personnes font toujours partie de ta vie, et ça, c’est priceless.

Partir un jouuuuuuuuur, sans retouuuuuuur

Tu n’as qu’une envie, quitter cette île où tu étouffes. Cette petite ville où tu as grandi, où tu te sens surveillée à tes moindres faits et gestes, tu n’en peux plus. Tu rêves de voyages. D’aller loin. Mais ne t’inquiète pas, tu vas finir par la quitter cette île, en Aout 2010… pour « sauter la mer » et te retrouver à Bordeaux. Ça va bientôt faire 5 ans que tu y vis d’ailleurs et tu aimes ta vie ici (même si, il faut l’avouer, ton île te manque pas mal au final). En 2011, tu vas même passer un été entier en Angleterre et un Noël à Boston en 2012 ! Tu vois ! Toi qui rêvais d’aller aux USA, c’est finalement arrivé.

What am I to do to win my liiiiiiiife ? (you will find it out don’t worry !)

Tu te fais des plans où tu finiras prof de français dans un pays anglophone, parce que oui, l’anglais c’est ta grande passion. Tu feras même des études d’anglais jusqu’en Master I LLCE, mais tu seras vite déçue parce que finalement, tu ne te vois pas continuer dans cette voie très fermée.  Tu seras un peu perdue. Au final, tu vas étudier le web (ouais, les codes html et tout et tout) un peu par hasard (mais tu vas aimer ça), dans une école de commerce qui va te couter la peau du cul pour laquelle tu feras un prêt parce que tu ne veux être redevable à personne. Eh oui, tu vas conserver ce p’tit caractère de merde où tu préférerais mourir plutôt que de demander à quelqu’un de t’aider. Et maintenant, à 25 ans :

  • T’es chargée de projet
  • Tu bosses dans la formation en anglais
  • 8 de tes collègues sur 9 sont anglophones natifs

Tu vois, même si au final tu ne vis pas à l’étranger, t’as réussi à amener l’étranger jusqu’à toi 

I found my hopes, I found my dreams, my Cinderella story scene

Tu rêves de ta vie future que tu partagerais avec un étranger qui aime cuisiner, qui sois attentionné et qui ne joue pas aux jeux vidéo. A 19 ans, tu vas d’abord tomber dans les bras de tout l’inverse pendant près de 4 ans et demi avant de réaliser que « he merde, ce n’est pas ce que je voulais ! » et finalement réaliser que ce que tu voulais était là, dans le cercle d’amis que tu t’étais fait à Bordeaux (grâce à ton ex).

Au final, à l’heure actuelle, tu ne t’en sors pas si mal :

  • Ton mec est mauricien
  • Il parle anglais
  • Il aime cuisiner
  • Il ne joue pas aux vidéos (mais est mordu de foot…on ne peut pas tout avoir !)

 

Alors ne désespère pas, sois patiente (même si je sais que tu ne l’es pas), ne te décourage pas… tout vient à point à qui sait attendre ! Garde tes rêves dans un p’tit coin de ta tête/ton cœur, parce qu’au final, ils construiront ta vie.

Cath

Et vous, que diriez-vous à votre version adolescente ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cet article a 10 commentaires

  1. Ma Katou !!! J’ai les larmes aux yeux en te lisant ! Sérieux ! Ton texte est magnifique ! Franchement je suis touchée au plus haut point. Qu’est-ce-que ça te va bien d’écrire comme ça. Tu as un beau parcours et la vie devant toi. C’est vrai que 10 ans en arrière, je n’aurais jamais pu imaginer notre vie d’aujourd’hui. C’est sûr, elle nous réserve encore plein de surprises. Je repense souvent à nous au Lycée, car c’est avec vous que j’ai connu mes plus belles années, vécus mes meilleurs souvenirs, qui sont gravés à jamais dans ma mémoire. Heureusement que grâce au maquillage nos chemins se sont recroisés à nouveau et je suis plus que ravie de voir que notre amitié est intacte comme au premier jour. Bisous my best ;)

    1. Je suis contente que l’article te plaise et je suis encore plus contente que notre amitié soit toujours intacte. C’est vrai que le lycée reste une époque riche en souvenirs :) xx

  2. Trop émouvant ! Super idée cet article :) (même si tu n’as pas mentionné que tu ne pensais pas avoir une bff si géniale à 15 ans :p)

  3. Très sympa comme lettre à toi-même ! C’est cool d’avoir réussi à garder deux amies depuis ton enfance jusqu’à maintenant !
    Mais tu vis à Bordeaux !! Je n’y avais jamais prêté attention ! Il faudra se rencontrer :)
    Bises

    1. Contente que cela te plaise, j’ai moi aussi beaucoup aimé ton article :)
      Eh oui, bordelaise depuis quelques années ;) Eh oui, il faudrait s’organiser une p’tite rencontre :) Bisous

  4. Très touchant cet article. J’aurais aimé qu’il soit possible que la Aurélie adulte vienne rassurer l’adolescente que j’étais, parce que c’est pas tous les jours facile d’avoir 15 ans :).Tu as un joli parcours et on a quelques points communs à ce que je vois. Bordeaux est ma ville d’adoption aussi, qu’est-ce que j’aime cette ville! L’anglais est ma grande passion, j’ai un master LLCE. Tu as fait tes études à Michel De Montaigne alors?

    1. Hello :) Merci beaucoup :) C’est vrai qu’à 15 ans, on se pose beaucoup de questions et ça aurait top comme tu dis d’avoir sa version adulte qui vienne te rassurer !
      C’est vrai que Bordeaux est une très jolie ville, qui a su rendre la transition île au milieu de l’Océan Indien à ville en France métropolitaine beaucoup plus facile !
      Alors toi aussi t’es une passionnée de la langue de Shakespeare !!! J’ai fait ma première année de Master à Montaigne oui, en 2010-2011. T’y étais à quel moment ??

      1. Oui j’imagine, ce n’est jamais facile de partir et ça doit l’être encore moins lorsque tu changes radicalement de vie. Et oui une grande passionnée depuis toujours. Je savais depuis très longtemps que je ferai des études d’anglais. J’y étais de 2006 à 2010.

A vos claviers, tapez, commentez !